Archives par mot-clé : Santé

Consultation citoyenne

HOPITAL DE CLAMECY – CONSULTATION CITOYENNE

Lors de la réunion du 9 avril dernier, le conseil municipal de Menou a décidé d’organiser une consultation citoyenne qui aura lieu du 16 au 21 avril à la mairie de 9h à 12h (sauf le samedi de 9h à 11h).

La question posée sera la suivante :

“LE MAINTIEN DES 2 LIGNES DE GARDE DES URGENCES DE NUIT DU CENTRE HOSPITALIER DE CLAMECY EST IL INDISPENSABLE POUR LE TERRITOIRE ?”

Il est possible de voter par procuration pour les personnes ne pouvant pas se déplacer (à rédiger sur papier libre, à raison d’une seule procuration par électeur). Pour les résidents secondaires non inscrits sur la liste électorale de Menou, il sera possible de vous exprimer sous forme de pétition disponible en mairie aux mêmes jours et heures.

Nous comptons sur votre mobilisation pour défendre le service public en milieu rural et appuyer l’action menée par les élus et la coordination de l’hôpital.

Manifestation à Clamecy – ils étaient là !

Nombreux sont les citoyens et élus qui se sont rassemblés à Clamecy pour protester contre la possible fermeture des urgences de nuit.

Pendant que nous défilions pour nous rendre à l’hôpital où les maires et adjoints ont remis leurs écharpes à Marianne, une réunion se tenait à l’hôpital entre quelques élus et les représentants de l’Agence régionale de santé.

Intentions et démissions

Les Maires de la Communauté de communes du Haut Nivernais Val d’Yonne, ainsi que leurs adjoints, ont démissionné de leurs fonctions de représentation, cela signifie qu’ils vont se retrouver simples conseillers municipaux.

En complément, les conseillers municipaux ont signé une lettre indiquant leur intention de démissionner en cas de fermeture des urgences de nuit de l’hôpital de Clamecy.

Pour lire la lettre complète, cliquez ici.

Fermeture des urgences – le ton monte

Les discussions concernant l’éventuelle fermeture des urgences pendant une plage horaire nocturne indéfinie sont dans l’impasse. Après de nombreux avertissements et tentatives de concertations les élus de la Communauté de communes du Haut Nivernais Val d’Yonne n’ont pas l’impression d’avoir été entendus. Lors de la réunion du Conseil communautaire qui s’est tenue le 6 février dernier à Rix, ils ont choisi d’unir leurs voix et de hausser le ton.

A l’unanimité, les membres du Conseil ont décidé de présenter leur démission ainsi que celles de leurs conseils municipaux, au responsable de l’Agence régionale de santé qui sera présent à Clamecy le 23 février.

Ce même 23 février, une manifestation est prévue à Clamecy à 9h. Les Nantivinois sont invités à venir nombreux manifester leur opposition à toute fermeture des urgences de Clamecy. 

Plus d’informations dans l’article du Journal du Centre.

Manifestation à l’ARS de Dijon

A la suite de la réunion qui a eu lieu à Clamecy fin décembre que nous avions commentée sur ce site (Des nouvelles de notre santé), un collectif composé de citoyen, de membres du personnel de santé et d’élus s’est constitué.

Ce collectif organise, le 16 janvier, une manifestation à Dijon au siège de l’Agence régionale de santé (ARS) qui est l’organe décisionnaire en charge de la supervision des hôpitaux régionaux.

 

Quelques informations disponibles sur le dossier : 

Des nouvelles de notre Santé

Une réunion publique s’est tenue à Clamecy à l’initiative d’une partie du personnel de l’hôpital pour tenir la population informée d’une éventuelle fermeture des urgences de nuit de l’hôpital.

Nous étions environ 300 personnes. A noter la présence de nombreuses personnalités politiques et représentant de la société civile : de nombreux maires et conseillers municipaux dont le maire de Clamecy par ailleurs président du conseil de surveillance de l’hôpital, le président de communauté de communes, un vice-président du conseil général, des représentants syndicaux, des ambulanciers, des médecins et des pompiers. On y a même vu une infirmière de collège et de nombreux nantivinois.

Comme souvent en pareil cas, les informations sont assez partielles et il est difficile de se faire une idée précise des décisions prises ou à prendre, du calendrier et des parties prenantes. Nous croyons pouvoir dire qu’il s’agit d’une intention qui émane de l’Agence régionale de santé (ARS). Il s’agirait de fermer le service des urgences de minuit à 6h00 du matin. Pendant cette tranche horaire, le SMUR prendrait les patients en charge.

Par le passé, les informations pertinentes n’ont été disponibles qu’après que les décisions aient été prises, ce qui évidemment n’inspire pas confiance.

Au cours de la réunion, de nombreuses personnes ont pu prendre la parole. Le personnel de l’hôpital se pose de nombreuses questions quant aux conséquences d’une telle décision, tout en laissant de nombreuses ouvertures à la discussion. L’assemblée a brillé par le nombre de propositions d’actions plus ou moins pertinentes. Quant aux personnalités politiques présentes, elles ont affiché qu’elles n’étaient pas compétentes pour prendre toute décision à ce propos, mais souhaitaient être entendues. Elles ont exprimé une profonde solidarité avec la population inquiète de voir leur service public de santé risquer de se dégrader.

Le moins que l’on puisse dire est qu’on ressentait un besoin pressant d’informations crédibles et pratiques.

 

Le gouvernement a mis en place des ‘‘Etats généraux de la santé’’. A l’issue d’une première série de consultations qui ont eu lieu durant les derniers mois, le Ministère des solidarités et de la santé a publié récemment un document intitulé : La Stratégie nationale de Santé 2018-2022. Ce document indique les grandes lignes de la politique qui sera menée au cours des prochaines années. Il y est spécifié qu’une attention particulière sera portée aux territoires ruraux.

Dans le cadre de ces ‘‘Etats généraux de la Santé’’, une réunion aura lieu à Nevers le 1er mars 2018 en présence d’Agnès Buzin, Ministre des solidarités et de la santé. L’objet de cette réunion est de préparer, pour la région Bourgogne Franche-Comté, la déclinaison locale de cette stratégie nationale. C’est dans la cadre d’un projet régional de santé à élaborer par l’ARS que le devenir des urgences de notre hôpital sera traité.

Ainsi, il nous parait utile de faire savoir qu’après avoir entendu le personnel de l’hôpital dont nous comprenons les préoccupations, nous sommes inquiets quant à la pérennité de nos services de santé essentiels. Pour ce faire nous vous invitons à adresser à Madame Agnès Buzin, Ministre des solidarités et de la santé, un courrier selon le modèle proposé par le personnel de l’hôpital. Vous noterez que ce modèle de courrier laisse la porte ouverte au dialogue et aux explications de la politique de santé qui sera appliquée sur nos territoires dans les années à venir.